Au Québec, la plupart des maisons sont construites sur des fondations de béton qui comportent un sous-sol. Le béton étant principalement constitué d’eau, une grande quantité d’humidité s’évapore à l’intérieur de la maison.

L’eau qui s’évaporera peut faire augmenter considérablement le taux d’humidité de l’air ambiant du sous-sol. Il est bien connu que l’humidité contenue dans l’air est un des facteurs les plus déterminants nécessaires au développement des moisissures. Il faut également savoir que les moisissures se retrouvent naturellement autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison.

Principalement, il y a quatre conditions propices à la formation des moisissures à l’intérieur du sous-sol :

  1. Un taux d’humidité suffisant pour sa formation (60% à 100% d’humidité relative)
  2. De l’oxygène
  3. Une température favorable (5°c à 25°c)
  4. Des nutriments ou de la nourriture (carton sur plaque de gypse, bois, papier, etc.)

Il existe différentes mesures à prendre afin de diminuer les risques de formation de ces moisissures.

Entre autres, il faut :

  1. S’assurer d’une bonne isolation des murs des fondations afin de diminuer les risques de condensation
  2. Il est important de ventiler le sous-sol pendant la période de chauffage.
  3. Pour ce faire, vous devez faire fonctionner votre VCR (ventilateur récupérateur de chaleur).
  4. Même en période estivale, on doit chauffer le sous-sol. Le sous-sol étant l’espace le plus frais de la maison, lorsqu’il fait chaud, l’air humide provenant de l’extérieur se dépose sur les surfaces plus fraîches comme les murs extérieurs et le plancher. Ces surfaces sont plus fraîches parce qu’elles sont en contact avec le sol extérieur, dont la température se situe entre 12 et 15°c. Des dépôts d’humidité, même minimes, favorisent le développement des moisissures. Bien que cela puisse sembler étrange, l’air chaud peut contenir plus de vapeur d’eau que l’air froid, par conséquent, il es recommandé de chauffer le sous-sol sans toutefois le chauffer au-delà de 21°c.